Colombie

Cela fait quelques mois que l’on aurait dû écrire cet article mais on s’est laissés emporter dans l’effervescence du retour. Voilà désormais le mal réparé avec ces quelques lignes qui bénéficient de la grande maturité des mois écoulés…

La Colombie, tout le monde nous en a parlé sur notre chemin comme le coup de cœur de l’Amérique du sud. Le pays dont personne ne veut plus partir et qui fait souffrir la comparaison à ses voisins. Ça tombe bien, c’est la fin de notre voyage et nous sommes donc ravis de pénétrer ce nouvel univers de simplicité, générosité, bonne humeur et détente!

Est-ce la maturité du voyageur ou le pays qui s’y prête particulièrement mais en Colombie on prend le temps de vivre à son rythme, rencontrer les locaux et partager un peu de leur quotidien, bref profiter pleinement des endroits où l’on s’arrête.

Carte détaillée de notre itinéraire:

Capture d_écran 2017-09-04 à 12.25.30

Sud Colombie – Arrivée en terrestre depuis l’Equateur pour la Laguna Cocha

IMG_9088
Arrivée depuis l’Equateur au Laguna du sud de la Colombie
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laguna Cocha – Village détente près de l’eau. On y restera 3 jours à manger de la truite grillée
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Balade avec Vic’ sur la laguna
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laguna Cocha

Sud Colombie – Poursuite vers le village de San Augustin par la « via de la muerte »

IMG_9102 copie
« La via de la muerte »… 6 heures de voiture dans l’Amazonie Colombienne.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrivée au mini village de San Agustin
IMG_9109 copie
Balade en Jeep dans les environs le 2ème jour. Ici canyon dans la vallée
IMG_9150 copie
Vic’ qui déroule
IMG_9140 copie
Vic’ qui profite
IMG_9154 copie
Vic qui se fout d’Elsa enfoncée dans 1m de boue/défection de cheval…
IMG_9119 copie
Grosse région agricole de la Colombie. Visite d’une fabrique de Panela
IMG_9125 copie
Le colon en visite d’une fabrique de Panela
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Visite des environs
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Parc archéologique de San Agustin
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Parc archéologique de San Agustin.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le pote, le livreur de pain et baguette fraiche

Sud Colombie – Désert de Tatacoa 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrivée au désert de Tatacoa
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Désert de Tatacoa
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Grosses chaleurs…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue de l’arrière de notre chambre. Seul au monde dans le désert de Tatacoa
IMG_9173 copie
Désert de Tatacoa

Nord de la Colombie – Carthagène: les retrouvailles avec Gas et Agathe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Retrouvailles et découverte pour les « Butez » 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carthagène des Indes pour 3 jours
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carthagène des Indes pour 3 jours
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carthagène des Indes pour 3 jours
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carthagène des Indes pour 3 jours
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carthagène des Indes pour 3 jours

Nord de la Colombie – Archipel San Bernardo: Isla Mucura

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Belle cabane de notre auberge
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Isla Mucura avec quelques coins perdus de l’île
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les Butez qui profite de l’Archipel San Bernardo
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plage de l’auberge
IMG_9218 copie
Belle équipe
IMG_9214 copie
Gas musclor – « centre » du village d’Isla Mucura en fond

Nord de la Colombie – Les paysages magnifiques de la Guajira

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Guajira en jeep suite à notre escale à Cabo de la Vela
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Paysage fou de la Guajira
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Puntas Gallinas – Extrême nord du continent sud Américain
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrivée à Punta Soldado
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Traversée pour aller dormir à Punta Aguja
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une nuit à Punta Aguja
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
….
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Couché de soleil à Punta Aguja
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Gastoch
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les flamands roses sont nombreux dans la région
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mon « Bateau »
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’équipe en forme
IMG_9230 copie
La galère du retour, embourbé dans le desert…
IMG_9227 copie
On a donné de notre personne pour sortir les voitures et éviter de mourir de soif

Nord de la Colombie – Départ pour Mompox sans Gas et Agathe mais toujours avec Vic’

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Place de Mompox
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mompox. La saison basse et en pleine journée on ne croise pas grand monde
IMG_9252 copie
Balade en vélo dans les environs pour Vic et Elsa. Je passe mon tour sous 35 degrés
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mompox ancienne ville prospère avec le commerce via le Rio Grande
IMG_9279 copie
Toujours personne, piscine pour nous
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mompox
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Balade sur le Rio Grande
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les canaux du Rio Grande
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Couché de soleil sur El Rio Grande

Isla Providencia – Dernière étape à deux de notre tour du monde…

IMG_9301 copie
Isla Providencia ça se mérite…
IMG_9304 copie
Avion 15 places plus rapide que le bateau
IMG_9313 copie
Première vision du paradis qu’est Providencia
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrivée dans notre auberge familiale
IMG_9316 copie
On va être bien ici une semaine
IMG_9323 copie
Baie de notre auberge
IMG_9320 copie
Le « coco loco ». Rhum, vodka, cachaça, mangue et jus de fruit…
IMG_9384 copie
Couché de soleil de l’auberge
IMG_9363 copie
El Cayo Cangrejo
IMG_E9341 copie
Lagon du Cayo Cangrejo
IMG_9351 copie
El Cayo cangrejo
DCIM100GOPRO
Snorkeling avec les tortues au Cayo Cangrejo
IMG_9324 copie
Le caillou représentant Captain Morgan ancien habitant de l’île au XVIIe s. Il se dit que ses trésors sont toujours cachés sur l’île…

IMG_9343 copie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Couché de soleil de l’auberge. On ne s’en lasse pas…

Isla Providencia – Après deux premières plongées plaisir, on passe notre 2ème niveau de Padi pour plonger à 40m…

DCIM100GOPRO
Providencia, gros spot de plongée de Colombie.
DCIM100GOPRO
L’eau était tellement chaude pas besoin de combi…

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO
Le Bateau frileuse utilise quand même une combinaison dans une eau a 29 degré
DCIM100GOPRO
Beaucoup de requins à pointes grises à Providencia.

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO
Passage d’examen sous marin.
DCIM100GOPRO
Passage d’examen sous marin. Identification de la faune marine
DCIM100GOPRO
Petite raie pas peureuse

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO
Petit requin

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO
La Boite à Paroles avec son Bateau (sous l’eau)

DCIM100GOPRODCIM100GOPRO

 

 

Equateur

L’Equateur restera le rendez-vous manqué de notre voyage. Les 3 semaines initialement prévues se sont vues réduire comme peau de chagrin à une petite semaine toute riquiqui. Adieu les Galapagos qui nous faisait pourtant tant rêver… Adieu la migration des baleines sur la côte Pacifique… La dure loi de l’accumulation du retard sur notre planning nous a durement frappé et nous avions une date butoir immanquable, l’arrivée de Vicky à Quito. Il a donc fallu se rendre à l’évidence. Nous n’aurons qu’un avant goût de ce pays, mais quelle mise en bouche! On est décidés à revenir dans les plus brefs délais pour combler les attentes nées de ce court séjour.

En tant que « Jomistes » convaincus, nous avons opté pour seulement 3 lieux à explorer: la ville de Cuenca au sud du pays, la boucle de Quilotoa qui consiste en un trek de quelques jours de villages en villages, et enfin Quito. Tout de suite on comprend que l’on peut oublier nos idées reçues sur l’Equateur. Nous qui pensions arriver dans un pays faisant concurrence à la Bolivie en terme de développement, absolument pas. On est surpris par la qualité des restaurants qui ont le mérite de ne pas fermer à 21h, l’offre de café trendy, le marquage impeccable des randonnées, les marchés artisanaux qui pour la 1ère fois peuvent te donner envie d’acheter un souvenir. Bref, c’est un pays des plus agréables à vivre qui nous attend. Pour ne rien gâcher, les équatoriens sont adorables et avenants donc que demander de plus…

Et bien nous avons aussi eu la joie d’accueillir Vicky, fraîchement débarquée de Paris pour son mois de vacances. Si nous avons eu l’impression de survoler l’Equateur en une semaine, on a trouvé du réconfort auprès de Vic qui n’aura passé que 2 jours à Quito en tout et pour tout. Le guide de l’Equateur n’était peut-être pas si indispensable que ça finalement… Mais on assume tous les trois ce choix délibéré pour pouvoir ensuite explorer de façon approfondie la région sud de la Colombie -plus de détails au prochain épisode. En plus, on est vraiment chanceux à Quito puisqu’on tombe sur la « Fiesta de la Luz », orchestré par les créateurs de la fête des Lumières de Lyon. On est scotchés par la qualité du show proposé qui métamorphose les plus beaux édifices de la ville, accompagné d’un fond sonore remarquable. On gardera donc le souvenir d’une de nos capitales préférées et sans aucun doute la médaille d’or en Amérique du Sud.

Le trio nouvellement formé continue ses aventures vers la Colombie où l’on passe la frontière en terrestre. C’est l’occasion de se confronter directement à l’actualité puisqu’on retrouve des dizaines de Vénézuéliens fuyant leur pays pour trouver refuge chez les pays voisins…

Voyageusement votre,

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau.

 

Carte détaillée de notre itinéraire:

Capture d_écran 2017-09-04 à 12.27.21

Cuenca et le parc national Las Cajas:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La cathédrale de Cuenca et son couvent adjacent.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Petit plaisir sud américain.
IMG_8996
Marche de 6h dans le parc Las Cajas près de Cuenca.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marche de 6h dans le parc Las Cajas près de Cuenca.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marche de 6h dans le parc Las Cajas près de Cuenca.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marche de 6h dans le parc Las Cajas près de Cuenca.

Boucle de Quilotoa:

IMG_9008
Lagoon de Quilotoa, point de départ de notre dernier trek du voyage.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lagoon de Quilotoa, point de départ de notre dernier trek du voyage.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Boucle de Quilotoa. Un trek de 3 jours nous faisant découvrir les paysages Equatoriens.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Boucle de Quilotoa. Un trek de 3 jours nous faisant découvrir les paysages Equatoriens.
IMG_9014
Boucle de Quilotoa. Un trek de 3 jours nous faisant découvrir les paysages Equatoriens.

Quito:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un des nombreux couvents de Quito. Le plus grand d’Amérique du Sud.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les retrouvailles à Quito. Ca déroule en Equateur.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Virgen de Quito. Prononciation en Allemand pour Vicky…
IMG_9046
Vue panoramique depuis la basilique de Quito.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un des marchés de Quito pour la pause déj’.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Tellement de choses à se raconter après 10 mois séparées.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« La Fiesta de la Luz » à Quito. Evénement pour l’arrivée de Vic’.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« La Fiesta de la Luz » à Quito. Evénement pour l’arrivée de Vic’.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« La Fiesta de la Luz » à Quito. Thème les Galapagos sur ce couvent.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« La Fiesta de la Luz » à Quito. Thème les Galapagos sur ce couvent.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« La Fiesta de la Luz » à Quito. Thème les Galapagos sur ce couvent.

Départ pour la Colombie:

IMG_9049
Après 7 jours pour les tourdumondistes et 2 jours pour Vic’, on file en Colombie. On reviendra…

Bolivie

La Bolivie, quelle bonne surprise! Peu de pays nous ont laissé une impression d’un voyage aussi complet en quelques semaines. Bien sûr, fouler parmi les plus grandes merveilles naturelles du continent (le désert de sel d’Uyuni, l’Amazonie et le lac Titicaca) ne nous a pas laissé indifférents, mais c’est aussi la culture qui nous aura marqués. Ici, le doute n’est plus permis nous sommes bel et bien au cœur de l’Amérique du Sud avec tout l’imaginaire qui peut y être associé. Les cholitas, femmes coiffées de 2 longues tresses surplombées d’un chapeau haut de forme, vêtues d’une jupe à plis aux couleurs chatoyantes et portant leur enfant dans un tissu en mode sac-à-dos. La recrudescence des mules, lamas, alpagas et vigognes se baladant aux quatre coins du pays et des rues… Mais après tout, pourquoi le chien aurait-il le monopole de l’animal de compagnie! Bref, on ne peut pas nier l’évidence longtemps, le niveau de développement est incomparable avec le voisin chilien qui nous a semblé assez proche de l’Europe. D’ailleurs notre expérience à Potosí de « vis ma vie de miniers » pendant une demi-journée nous a bien mis les idées en place sur la réalité du quotidien et les perspectives d’avenir pour pas mal de boliviens. Alors comment tenter de résumer notre aventure?

D’abord, l’altitude quand tu nous tiens! En Bolivie, on se sera rarement promenés en-dessous de 3000m d’altitude et on ira même jusqu’à culminer à plus de 5000m. Cela nous aura d’ailleurs joué des tours entre quelques évanouissements impromptus du Bateau en pleine rue ou le dur constat matinal que l’altitude décuple les effets de l’alcool (surtout avec du millésimé bolivien) pour la Boite à Paroles et Pedro! Les apprentis montagnards diront certains… Mais comme ce voyage nous l’a de nombreuses fois démontré, c’est souvent lorsqu’il y a du challenge que l’on découvre les pépites de ce monde. Eh bien notre passage de frontière Chili-Bolivie pour explorer la région de l’altiplano du sud-Lipez et finir en beauté sur le désert d’Uyuni reste probablement le plus bel endroit naturel que l’on ait vu depuis le début de notre aventure. La grâce des flamands roses, le reflet des montagnes dans les lagons colorés et la perspective d’une nature à perte de vue, c’est juste à couper le souffle. Par contre niveau confort on repassera! On peut dire que l’on n’aura sûrement jamais eu aussi froid que dans cette région et le style Bibendum avec toutes nos affaires sur le dos est vite devenu la tendance juin 2017.

Mais on a aussi eu la surprise de découvrir qu’en fait 60% du territoire bolivien est composé du bassin amazonien. On ne s’est donc pas privés d’aller faire un tour pendant une bonne semaine dans la selva (jungle locale) et la pampa pour faire l’expérience de cette fascinante Amazonie. Comme si l’endroit n’était pas suffisamment hostile pour des petits européens comme nous, on s’est sentis pousser des ailes d’aventuriers en choisissant le mode « survie »… L’idée: partir avec uniquement une moustiquaire et quelques habits, pour le reste il faut s’en remettre à sa propre habileté à trouver de la nourriture et construire son refuge avec les moyens mis à disposition par la Pachamama (comprendre dame nature). Eh bien disons que notre espérance de vie serait très courte! 28h sans manger suite aux nombreuses tentatives infructueuses de pêche, refus de goûter aux termites ou aux larves, des cinquantaines de piqûres de moustiques, des méchantes fourmis qui mordent, quelques copines tiques profitant du voyage gratuit sur notre corps, les singes qui ont déjà raflé le moindre fruit comestible et j’en passe et des meilleures… Il va falloir un peu d’entraînement avant que l’on ait le niveau de notre guide! Il faut dire que le rite d’initiation qui veut qu’à 10 ans on t’abandonne en plein milieu de la jungle avec pour mission de retrouver ton chemin à l’aide d’une unique machette, ca forge le caractère! Mais la récompense dans tout ça, c’est qu’on aura approché de près de nombreuses espèces en passant des plus effrayantes (alligators, piranhas, tarantules), aux plus drôles (le paresseux en slow motion permanent remporte la palme), sans oublier les plus espiègles (une dizaine de variétés de singes) ou encore les plus élégants (les multicolores perroquets).

Enfin, le récit ne serait pas complet si on ne mentionnait pas le concept qui nous tient réellement à cœur de l’approximation latine! La définition la plus juste serait que quelle que soit la situation engageant un local, il faut s’attendre à ce que l’issue soit différente de ce qu’on t’avait promis, dû au caractère disons dissipé de nos compères. La Bolivie est un excellent exemple où l’on a essuyé moults approximations latines. Notamment sur les réservations où s’y prendre en avance est souvent une mauvaise idée car tu offres l’opportunité à ton interlocuteur d’oublier complètement ta demande même si ca l’intéresse réellement. Sur le lac Titicaca par exemple, où on négocie la veille pour partir avec un bateau de pêcheurs le lendemain matin dans un village spécifique. La famille est ravie, nous aussi ça nous arrange et ça aide un peu les locaux qui nous ont logés. Malheureusement au petit matin, ils ont tous oublié et le pêcheur qui n’est autre que le patriarche est parti 2h avant sans nous…. Oups!!! Fous rires la plupart du temps, fatigant quelques fois, mais le voyage c’est ça aussi et mieux vaut relativiser car ici le terme « tranquilo » est un concept de vie.
On continue nos aventures au Pérou avec Roro qui nous a rejoints pour le lac Titicaca et ça promet de belles péripéties que l’on a hâte de vous faire partager.

Voyageusement vôtre,

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau

Carte détaillée de notre itinéraire en Bolivie pendant 3 semaines:

Capture d_écran 2017-07-29 à 12.57.55

Région du Sud-Lipez et désert d’Uyuni: paysages incroyables pendant 3 jours, les photos parlent d’elles-mêmes.

IMG_8249
Passage de frontière terrestre Chili-Bolivie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laguna Blanca
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IMG_2845
Ca ride la glace..

IMG_20170622
Eaux thermales à 5000m d’altitude, grand plaisir!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Geyser sur la route, la photo épargne gentiment l’odeur d’oeuf pourri

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laguna Colorada
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Flamands rose à vendre

IMG_20170623
Les champions

IMG_20170624
Désert de sel d’Uyuni au lever du soleil
IMG_2017062IMG_20170624_101813

Potosi: connue pour ses mines qui ont fait la grandeur de l’Espagne pendant de longues années. Difficile de retranscrire en photos la visite de la mine en activité avec les mineurs eux-mêmes mais ça fait froid dans le dos…

IMG_8424
Mineros attitude

IMG_2993
Cérémonie autour du Dieu de la mine

IMG_20170625_120528
Chill sur le mercado principal

IMG_8431
Victoire pour….

IMG_20170625_125637
Sans commentaire.
Sucre: ville blanche et capitale de la Bolivie méconnue puisque 80% des gens pensent que c’est La Paz. L’occasion de faire un point historique sur le pays au musée et de se mélanger aux locaux pour le déjeuner du mercado.

IMG_8450IMG_8492IMG_8497IMG_8468IMG_8472

Amazonie entre jungle et pampa, une expérience de tous les instants…

IMG_8535
Un avion, 5 passagers, en Bolivie = pas rassurant

IMG_8627
Vue depuis le bateau sur l’Amazonie, 3h de navigation pour s’enfoncer dans les méandres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Rio, la clé pour ne pas se perdre ici

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une végétation que l’on peut qualifier de prospère

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Boire l’eau de la liane « Una del gato » quand tu n’as rien d’autre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dora l’exploratrice, le sac-à-dos en liane très mode

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
El hombre y la machete

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ne pas être plus grande qu’une feuille…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les fourmis au travail

IMG_8571
Au bout de 28h, un poisson-chat pêché, la délivrance

IMG_8633

IMG_8664
Pêche aux piranhas

IMG_8650
Baby alligator

IMG_8660
Mama alligator

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sur les berges de notre camp

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Chasse à l’anaconda dans les marécages, une partie de plaisir!

IMG_9706
Baignade entre alligators et piranhas, pas de Bateau dans l’eau…
IMG_8671

Lac Titicaca: on a récupéré Romiki à La Paz pour finir nos quelques jours boliviens. Depuis Copacabana très touristique, on part vite sur la isla del Sol pour un peu de tranquillité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Copacabana et la isla del Sol en arrière-plan

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Copacabana by night

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Promenade sur isla del Sol avec les Andes en fond qui ne nous quittent jamais
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Family team

Chili – Ile de Pâques 

L’Amérique du Sud, troisième et dernière partie du voyage, après l’Asie et l’Océanie. Pour faire un point rapide sur l’état d’esprit de la troupe, c’est avec grande hâte que l’on pose les pieds sur ce nouveau continent qui va encore une fois insuffler une nouvelle dynamique dans notre périple. En plus, si la Boite à Paroles connaît déjà le Paraguay, c’est un territoire inconnu pour le Bateau donc impatience maximale. Et mine de rien, le temps passe très vite (trop à notre goût) puisque ça fait déjà presque 9 mois que l’on est partis. Le mot d’ordre est donc plus que jamais de profiter de tous les instants!

Notre entrée en matière avec ce continent est le Chili, et pas n’importe quelle partie puisque l’on commence par une semaine sur l’île de Pâques. On touche ici au rêve de la Boite à Paroles qui, depuis son plus jeune âge rêvait de découvrir les mystères de ces statues installées tout autour de l’île. L’émerveillement est donc au rendez-vous dès les premiers instants et on se laisse volontiers prendre au jeu de l’atmosphère mystique de cette île. En plus, sachant que l’île fait 16km sur 18km, il est assez facile de se rendre compte que 3j suffisent amplement à faire le tour de tous les recoins. Mais pas de ça chez nous! On est là pour sentir la culture Rapa Nui, observer les mêmes Moaïs (statues) à différents moments de la journée si toutefois leur avait pris l’envie de changer de posture et plonger dans les fonds marins pour vérifier que Cousteau ne s’était pas trompé quand il disait que la visibilité sur cette île (jusqu’à 60m!) n’avait pas d’égale dans le monde. C’est donc la parfaite introduction au Chili et aussi l’occasion de se remettre en scelle niveau espagnol, parce que pour l’instant on balbutie quelque peu dès qu’il s’agit de discuter.

Le programme du Chili est fonction, d’une part de la météo avec la partie Sud peu recommandée en hiver, et d’autre part de l’arrivée de notre Pedro national à Santiago 10j plus tard. Mention spéciale puisque c’est le 1er copain à nous rejoindre de France! En attendant Master P et poussé par l’envie de côtoyer les Andes de plus près, on décide de faire la région du Norte Chico. D’abord un parc national accessible seulement en bateau après 2h de bus depuis la ville la plus proche, ça se mérite! Mais on oublie tout à la vue des pingouins, des otaries, des loutres, des différentes sortes d’oiseaux -on ne peut pas être trop précis non plus car l’accent chilien mêlé au vent et au bruit du bateau  donnent une certaine approximation sur les explications du guide. Ensuite on continue sur la vallée de l’Elqui, dans des villages de 50 habitants en moyenne au pied des Andes, mère patrie du Pisco pour les connaisseurs. Calme, harmonie avec la nature, balade en vélo éreintante avec 600m de dénivelé, visite de distillerie et bien sur dégustation de Pisco sour. C’est donc avec une grande joie que l’on a découvert cette région par hasard si l’on peux dire et il temps de retrouver Don Pedro…

La team de choc! On annonce la couleur dès le début à Valparaiso avec une soirée dans le plus vieux bar de la ville où l’on découvre la Cuenca, musique traditionnelle qui se danse avec un foulard. Il n’en fallait pas plus pour une soirée mémorable, entre l’amour du bandana ou celui du rhum cuenca-cola, les pas de danse se déchaînent pour le plus grand amusement des locaux qui iront même à penser que Pierre est chilien… Ca donne une idée du niveau! Mais surtout, c’est notre aventure de 5j en 4×4 avec tente sur le toit dans la région de San Pedro de Atacama qui scellent notre sort. Expérience absolument incroyable où l’on est seuls dans des lieux magnifiques, avec des points de vues à 360 degrés à couper le souffle où que l’on soit et la liberté de faire ce que l’on veut en permanence. C’est l’occasion de mettre à profit notre vision du voyage, nouveau terme enseigné par Ped: JOMO ou la faculté de profiter de ce que l’on fait sans se préoccuper de ce que l’on manque, qui représente l’occasion de revenir. En bons jomistes, on n’a, par exemple, pas hésité à stopper toutes visites vers 16h30 pour se trouver le spot de rêve pour l’apéro au coucher du soleil. La réalité étant qu’avec notre orga de rêve, on a réussi notre challenge une seule fois, mais c’est l’intention qui compte dans ces moments là! Des anecdotes pleins la tête avec notamment des nouveaux surnoms que l’on passera sous silence pour ne pas nuire à la réputation, une routine bien huilée de campeurs du dimanche qui apprennent de leurs erreurs petit à petit, et surtout beaucoup de rigolade. Bref la recette parfaite…

Et la bonne nouvelle c’est que cela continue au prochain épisode de la Bolivie puisque l’on traverse la frontière tous les 3 pour une semaine de nouvelles aventures! To be continued…

Voyageusement vôtre,

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau 

Notre itinéraire détaillé:
Ile de Pâques > Santiago > Valparaiso > La Serena/Réserve de Humboldt > Vallée de l’Elqui > Arrivée de Pedro > Santiago > Valparaiso > San Pedro de Atacama
Capture d’écran 2017-07-08 à 16.11.28.png
IMG_7895
Ile de Pâques en détail
L’île de Paques:
Cratère O’Rongo.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hanga Roa en contre bas
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Moaï entièrement restauré
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
autostop après 5h de marche
DCIM100GOPRO
Listo pour deux plongée près d’Hanga Roa
DCIM100GOPRO
Moaï à 20m sous l’eau
DCIM100GOPRO
Poisson trompette
DCIM100GOPRO
Petite murène parmi les coraux
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Anakena – plus belle plage de l’île
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Moaï sur la plage d’Anakena
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Tour de l’île en moto
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ahu Tongariki – les 12 Moaïs
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ahu Tongariki – les 12 Moaïs
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rano Haraku – la carrière de Moaï
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rano Haraku – la carrière de Moaï
Santiago:
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quartier Bella Arte
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quartier Bella Vista
Tags du quartier de Bella Vista
La Serena et la réserve d’Humboldt:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Serena
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Serena
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Serena
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve des pingouins d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les pingouins de la réserve d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve d’Humboldt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Réserve d’Humboldt
La vallée de l’Elqui – maison du pisco Chilien

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le mini village de Pisco Elqui – notre point de chute
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Son église et sa place principale
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ses alentours…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Exploration des alentours en vélo, pas sans difficulté
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vallée est remplis d’exploitation de Pisco
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Los Nichos – la plus vieille distillerie de Pisco de la vallée
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Los Nichos – les « niches » de Pisco qui lui ont valu son nom
Valparaiso: retour dans cette ville avec Pedro qui vient de nous rejoindre

IMG_8083
Les retrouvailles 🙂
IMG_8090
Petit verre à la Fauna avec vue sur la ville
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue sur les quartiers historiques et devenus touristiques
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Valparaiso – « la vallée du paradis »
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pablo Neruda – amoureux de Valparaiso
IMG_20170615_115205

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les otaries du front de mer
PANO_20170615_175603

IMG_2505
Coucher de soleil avec les otaries

San Pedro de Atacama

1er jour: Pukito de Kutor > Gorge du diable

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
1er jour a SPA…
IMG_2609

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La gorge du diable en contrebas et le Licancabur en fond
PANO_20170617_152500

IMG_20170617_174352
1ère nuit et 1er coucher de soleil
IMG_20170618_191759
Façon camping
IMG_2581
Une de nos multiples nuits étoilées
2ème jour: Vallée de la muerte > vallée de la Luna > Lagoon « Los Ojos »

IMG_2529
Vallée de la muerte
PANO_20170618_144958
Vallée de la muerte de l’autre coté
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vallée de la Luna
IMG_2631
Vallée de la Luna
3ème jour: Lagoon Tebinquinche > Lagoon Chaxa > Vallée de l’Arcoiris

IMG_20170619_075408
2ème jour – Réveil seul au monde
IMG_2683

IMG_2681
Laguna los ojos
IMG_2715
El boléro bello
IMG_2694
Laguna Tebinquinche
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quelques lamas sur la route des lagons du sud du salar
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laguna Chaxa
IMG_2776
Vallée de l’Arcoiris
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrêt du jour dans la vallée de l’Arcoiris
4ème jour: Canyon de Guatin > eau thermale naturelle de Guatin

IMG_2822
Canyon del Guatin – le canyon de cactus
IMG_8213
Eau thermale du canyon de Guatin
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Spot pour la nuit près du canyon de Guatin – 1ere nuit au dessus de 3000m…
5ème jour: Machuca > El Tatio > San Pedro de Atacama

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vicuna andines sur la route de Machuca
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Machuca
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Machuca – village perché à près de 4000m = Master Péteur dans le mal 
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vers les geysers d’El Tatio – Route fermée du fait de la neige…
IMG_8239
Dernier apéro avec vue sur le Licancabur
 

Polynésie Française

Lors de l’élaboration de notre itinéraire, la Polynésie française était la petite folie que l’on voulait se permettre sur notre trajet. Un rêve que l’on partageait tous les deux, la cerise sur le gâteau d’une année qui s’annonçait déjà inoubliable. Cela semblait dommage d’être “si proche” depuis la Nouvelle-Zélande, même si 4000 kms d’océan Pacifique les séparent, et de ne pas y faire un saut. C’est donc decidé, on fera partie de ceux qui ont la chance de pouvoir dire, nous y sommes allés! Mais maintenant que le moment tant attendu est arrivé, les îles Sous-le-vent seront-elles à la hauteur de nos espérances?

Et bien, au-delà! Difficile à croire car on plaçait la barre très haut, mais c’est avec encore plus d’étoiles dans les yeux que l’on quitte la Polynésie. Bien sûr, sans faire preuve d’une grande originalité, on avait en tête les lagons d’eaux turquoise, les cocotiers, les cabanes sur pilotis, les vahinés, les colliers de fleurs, etc… Et de ce point de vue là, on peut dire que l’archipel de la Société rentre bien dans les clichés. Que ce soit la vue aérienne ou une fois les pieds sur la terre ferme, on n’a jamais vu des lieux aussi magnifiques dans la catégorie îles/plages. Expérience incroyable de nager avec une raie manta de 6m environ, se faire frôler par les requins du lagon tandis que l’on barbote, suivre les dauphins dans l’eau à l’aide d’un propulseur, se balader en vélo à traver la forêt tropicale, se rassasier de fruits savoureux et de poisons crus fraîchement pêchés. Bref, un vrai paradis où l’on vit notre rêve pendant deux semaines!

Mais si la Polynésie a dépassé nos attentes, c’est justement parce que l’on a découvert qu’il y avait bien plus que cette image d’Epinal. En effet, les rencontres faites lors de nos séjours sur les différentes îles, nous ont permis de mieux connaître la culture, l’histoire et les croyances. C’est avec passion que nos hôtes à Raiateia ont partagé leur culte du mana (le pouvoir venu de la terre ou du ciel) à travers l’animal fétiche du centpied (équivalent du mille pattes chez nous). Alors qu’une piqûre t’envoie à l’hôpital direct, ils estiment que c’est un honneur d’être piqué, signifiant que tu es élu… Mais aussi la découverte des Jeux du Pacifique où, à Maupiti, on a eu l’honneur d’être en présence du triple champion de lever de pierres. La démonstration en moins de 3 secondes du lever d’une pierre de 180kgs nous a tous laissés bouche-bée! Pour les autres épreuves, la noix de coco est à l’honneur avec entre autres, l’ouverture à la main du plus de cocos possibles, la récolte du plus de chair en 10 min, et autres disciplines exotiques de cet acabi. Et surtout, c’est le merveilleux accueil et la gentillesse de Claire & Patrick à Tahiti qui nous a donné la touche finale pour éclairer notre perception de cette Polynésie bien plus complexe qu’on ne l’imagine aux premiers abords. Toutes leurs lumières nous ont permis de repartir avec une image passionnante de ce lointain territoire français.

Enfin, le point d’orgue de notre séjour est sans conteste la générosité dont ont fait preuve toutes les personnes rencontrées sur notre passage. La condition est la relation d’égal à égal exigée par les Polynésiens où par exemple, le vouvoiement est un signe de supériorité qu’ils ont en horreur. Nous, les petits polis voulant bien faire, on s’est vite fait remonter les bretelles! Mais une fois les régles du jeu comprises, on a expérimenté la plus grande gentillesse et bienveillance. Cela nous a d’ailleurs valu de nous balader d’île en île avec un sachet de 5kgs d’agrumes venus du jardin, original! Sans comparaison possible, le grand prix revient à Claire & Patrick qui nous ont reçus comme des rois à Tahiti et qui ont réellement embelli notre séjour dans ce petit coin de paradis.

Il est maintenant temps de s’envoler vers un autre rêve des plus mystiques, l’île de Pâques… A très vite pour de nouvelles aventures!

Voyageusement vôtre,

La Boite à paroles voyage avec son Bateau.

Notre itinéraire détaillé:

 

Capture d_écran 2017-06-10 à 16.26.09
Iles Sous-le-vent en Polynésie

Maupiti: on débute par la plus petite île de l’archipel, 14 km2 et 1200 habitants, un vrai coin de paradis isolé du monde.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue sur le lagon depuis notre pension familiale
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Balade en vélo autour de l’île, bouclée en 1h étant donné la superficie
DCIM100GOPRO
Bain avec les poissons dans les eaux turquoise du lagon
DCIM100GOPRO
Tour en bateau avec les locaux pour explorer les alentours
DCIM100GOPRO
Quelques beaux coraux toujours intacts

 

DCIM100GOPRO
Observation des bénitiers dans le lagon
DCIM100GOPRO
Dégustation de bénitiers, circuit court!

 

DCIM100GOPRO
Raie Manta d’environ 7m
DCIM100GOPRO
Rencontre des plus sympathiques dans le lagon
DCIM100GOPRO
Expérience incroyable de nager avec elle!

Huahiné: île très naturelle où on a pris le temps de découvrir puisqu’au lieu des 3 jours initialement prévus, nous y sommes restés une semaine à cause des grèves aériennes. C’est là qu’on réalise qu’on relativise beaucoup mieux une grève quand on est coincés sur une île paradisiaque…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plage à deux pas de notre guest de Huahine
DCIM100GOPRO
Masque dernière génération 

 

DCIM100GOPRO
Eau cristalline, anémones, Nemo, les plaisirs du lagon
DCIM100GOPRO
Baignade dans le lagon à côté de chez nous
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Visite d’une ferme perlière
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Coucher de soleil lova-lova
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On ne se lasse pas des couchers de soleil

Moorea: expérience incroyable au Sofitel grâce aux copains, 24h de folie… La preuve en images! Encore 1000 mercis pour le meilleur cadeau ever!

DCIM100GOPRO
Arrivée de clients de grand standing du Sofitel. Les seuls avec des sacs à dos 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Sofitel, son resto et ses pilotis
DCIM100GOPRO
Les ravis!
IMG_7828
Le peignoir…
IMG_7817
…un mode de vie! #lifeismagnifique
IMG_7848
Piscine ou lagon, choix difficile!
DCIM100GOPRO
La classe… Instant baignade
DCIM100GOPRO
Nager au milieu des raies et requins, on prend l’habitude en Polynésie
DCIM100GOPRO
Petits requins à pointe noire.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Même si c’était dur de quitter le Sofitel, on est quand même montés au belvédère profiter de la vue! Difficile à voir sur la photo mais on est en plein milieu d’un champ d’ananas

Tahiti: escale de quelques jours chez Claire & Patrick où l’on a découvert Tahiti dans les meilleures conditions possibles. Si la plupart des voyageurs rencontrés ne gardent pas un très bon souvenir de Papeete, pour nous ça aura été un moment inoubliable grâce à l’accueil aux petits oignons de nos hôtes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Coucher de soleil avec vue sur Moorea à l’horizon
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plage de sable noir, privilégiée des surfeurs
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un des Marae de Tahiti, lieu sacré des polynésiens
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marché dominical de Papeete, il est 6h du mat…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arc en ciel de poissons
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Toujours le Franc en Polynésie
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Thon rouge façon « boite de nuit » au marché dominical de Papeete.

Nouvelle Zélande

Pays des paysages à perte de vue, on retrouve un goût de Mongolie en version civilisée à l’occidental. Si ce sont les lacs turquoise entourés de montagnes aux pics enneigés qui dominent, les vallées à perte de vue, les forêts tropicales humides, quelques plages de sable blanc (eh oui!) ou encore les terres volcaniques de l’île du nord avec leur source d’eau chaude naturelle, ne sont pas en reste non plus. En résumé, à chaque virage un nouveau point de vue magnifique s’offre à nous. Si bien que notre quota photos par pays n’a jamais connu un tel boom. Combien de clichés du même paysage, immortalisé sous une dizaine d’angles différents, pour être sûrs de capter entièrement l’essence du lieu? À ce petit jeu, c’est sûrement notre journée à Hobbiton qui remporte la médaille d’or du nombre de photos. Terre de prédilection de Peter Jackson pour les trilogies du Seigneur des Anneaux & du Hobbit, l’un de nous (on ne dévoilera pas qui, le mystère reste entier) est surexcité à l’idée de partir sur les traces de ses héros dans leur village de la Comté. Quel fou rire quand pendant la visite, notre grand garçon est le premier à reconstituer les phrases du film à la demande de la guide: « Late for what? I am going on an adventure! ». Il en faut peu pour être heureux! Bref, des paysages à couper le souffle tout au long de nos trois semaines de road trip et dont on veut profiter au maximum car on a conscience du caractère exceptionnel de ce pays, si loin de la France.

D’ailleurs même une fois sur place, c’est un pays qui se mérite. Sûrement celui où l’on a le plus donné de notre petite personne pour découvrir toutes les merveilles. D’abord comme en Australie, on roule dans notre campervan à l’assaut du pays en toute liberté. À la seule différence qu’ici, il s’agit souvent de routes de montagnes aux lacets interminables ce qui complique un peu la donne. C’est surtout la Boite à Paroles qui en a pâti car le Bateau a très vite (au bout d’une demi heure) chaviré au niveau de la conduite après s’être énervé sur cette satanée seconde qui ne veut jamais passer. Une opportunité de perfectionner sa conduite tout au long de notre passage chez les Kiwis, et pas des moindres, puisqu’à la fin on taquine les 3800kms parcourus entre l’île du sud et celle du nord. Mais rien ne vaut la récompense de dormir seuls au bord d’un lac et de découvrir le panorama naturel au petit déjeuner. Aussi, nos jambes ont payé un lourd tribut en Nouvelle Zélande avec un bon 80kms parcourus à travers les différentes randonnées. Et fidèle à la géographie montagneuse du pays, ici il n’y a pas de plat qui tienne mais plutôt un dénivelé positif moyen de 600m à chaque fois. Les courbatures sont vite arrivées mais aucun regret, les marches sont splendides et les souvenirs mémorables.

Côté confort, à noter qu’il fait froid en avril/mai en Nouvelle Zélande. Si on a été chanceux avec un grand soleil la plupart de nos 3 semaines, la nuit les températures tombent proche de 0 et il n’y a pas grand chose à faire en camping sauvage pour réchauffer l’intérieur du van. Donc au risque de briser le côté glamour de l’aventure, dormir en sweat/collant/chaussettes/bonnet n’a rien de bien sexy. Le pire étant d’avoir subitement envie d’aller aux toilettes la nuit, obligeant à une expédition nocturne glaciale qui bien sûr ne manque pas de réveiller son compagnon.. bref tout le monde est ravi! C’est donc avec une joie non dissimulée que l’on a été accueillis chez Gary, notre gentil retraité papa poule, dont Martin & Béa nous avait donné le contact. Retrouver le confort d’une maison est une chose mais là c’est plus de retourner en enfance dont on parle. Plats mijotés pour le dîner, dessert dans le canapé pendant que l’on regarde un film, petit déjeuner qui nous attend au réveil, visite de la ville… Les coqs en pâte! L’hospitalité kiwi comme on en n’aurait pas rêvé et un partage de culture des plus enrichissants, le point d’orgue de ce pays inoubliable.

Il est temps pour nous d’aller rejoindre le petit plaisiiir de notre voyage, le paradis sur terre pour certains, on a nommé la Polynésie Française. Cocotiers, lagons turquoise, chambres sur pilotis et vahinés au programme des prochaines semaines. Autant dire que l’on trépigne d’impatience après presque 2 mois passés en van!

Voyageusement vôtre,

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau

Notre itinéraire détaillé:

Capture d_écran 2017-06-02 à 08.53.56

Ile du Sud

Akaroa: petit village de pêcheurs à 1h de Christchurch où l’on passe notre première nuit. Cela nous donne déjà le ton pour le reste du séjour, les paysages risquent d’être extraordinaires…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue du village d’Akaroa
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dans la baie d’Akaroa
Mont Cook: sous un grand soleil, petite marche d’une quinzaine de kms pour se rapprocher autant que l’on peut du mont qui nous dévoile son pic enneigé. On a même le droit au reflet sur le lac comme récompense.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sympa le réveil sur le lac Pukaki aux abords du Mt Cook.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marche vers le Mt Cook
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Bateau profite de la vue… Mueller Lake en contrebas.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marche vers le Mt Cook.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Mt Cook après une petite heure de marche
Routeburn track: randonnée de 25kms près de Queenstown qui nous en met plein la vue. On est morts à l’arrivée mais contents de l’avoir bouclé en 7h, défi de la journée!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En route vers Queenstown. Un lac, des montagnes, le paysage classique du sud de la NZ.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
26Kms AR sur la journée, 1000m de dénivelé… Ce panorama du haut du trek est l’un des plus beaux que l’on ait vu.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le lac Harris perché dans les montagnes juste derrière le panorama précédent…
DCIM100GOPRO
Happy as Larry
Milford Sound: les fjords néo-zélandais… 2h de routes de montagne pour y arriver mais la croisière vaut clairement la chandelle. On est comme des enfants sur le bateau, surtout quand les dauphins s’invitent exceptionnellement à la fête en venant jouer autour du bateau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Point de départ de notre croisière aux Milford Sound
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’un des incroyables fjords du sud de la NZ.
DCIM100GOPRO

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le fjord, cette ressource naturelle exceptionnelle pour nos copines otaries
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Moment inoubliable pendant notre croisière… Au milieu des paysages du fjord, les dauphins font leur apparition pendant une dizaine de minutes autour du bateau.
Wanaka et le Rob Roy glacier: ville bien tranquille au bord du lac où l’on en profite pour aller voir de plus près le glacier. Malheureusement le modjo du beau temps nous a quittés ce jour-là et c’est un peu couvert, mais on imagine que cela est d’autant plus impressionnant sous un grand soleil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vallée près de Robs Roy glacier. Le soleil nous fuit ces derniers jours…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les lacs autour de Wanaka
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Robs Roy glacier sous les nuages… Dommage!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La famille de Toumon au grand complet sur notre chemin post glacier.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une des vallées en partant de Wanaka vers la côte Ouest.
La côte ouest avec les glaciers Fox et Franz Jospeh, ainsi que Punakaiki et ses roches de pancake: un peu déçus par cette partie pour être honnêtes qui nous a moins marqués que le reste. D’ailleurs on n’a pas beaucoup de photos…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les « Pancakes »?? Ils sont marrants ces Kiwis…
Abel Tasman national park: autre randonnée de 25 kms mais cette fois-ci dans un cadre complètement différent. Plages de sable fin et forêt tropicale, magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ile du Nord

Région centre: traversée autour du lac Taupo, le plus grand du pays, et du Tongariro crossing que l’on n’a pas pu faire à cause d’un vent à 60km/h, grosse déception. Du coup, on a été faire un tour dan les zones géo thermales pour se cultiver un peu…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’un des passe-temps de la NZ. 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’ile du Nord: moins de lacs, plus de plaines, toujours des montagnes!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Wai O Tapu: L’un des nombreux parcs géothermiques de l’ile du nord.
OLYMPUS DIGITAL CAMERAWai-o-Tapu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Spot pour la nuit.
Tauranga: reçu comme des rois par notre ami Garry, halte mémorable!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notre grande rencontre de la Nouvelle Zélande: Garry.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mont Maunganui près de Tauranga.
Hobbiton: la meilleure journée pour certains…

Roturoa: découverte de l’art maori un peu partout dans la ville.

Un artiste est né…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le symbole des Kiwis: La fougère argentée.

Australie

L’Australie est arrivée à point nommé dans notre voyage. Après 6 mois en Asie, quel bonheur de pouvoir communiquer avec les gens, d’être familier avec les coutumes du pays, de reconnaître les aliments au supermarché, et de savoir que le prix est fixé sans avoir besoin de tout négocier. Mais surtout, on a adoré la liberté de notre vie en van nous permettant un itinéraire des plus vaguement définis. Pouvoir s’arrêter chaque fois que notre curiosité est piquée, dormir à la sauvage dans la plus grande intimité avec pour unique compagnon (mais pas des moindres) nos amies les bêtes australiennes, explorer les contrées plus reculées de l’outback où les habitants sourient de rencontrer deux frenchies venus s’aventurer, mais aussi changer notre programme quand la déchaînée Debbie s’abat sur nous -qu’à cela ne tienne, on décide d’aller passer notre diplôme de plongée à Cairns, il y a pire comme solution de rechange. Bien sûr, c’est un peu roots comme manière de vivre mais ça nous convient parfaitement -d’autant plus qu’après la Mongolie, on relativise bien les choses! On a essuyé quelques déboires avec la mécanique en revanche, trois matins sans batterie, mais il faut croire que dans ce pays tout le monde se balade avec des pinces. On s’en est donc sortis très vite à chaque fois et c’est toujours l’occasion de discuter avec les locaux, très curieux d’en savoir plus sur ces touristes visitant leur vaste pays.

Les Aussies d’ailleurs ont bien participé à rendre cette aventure incroyable. On a pris un grand plaisir à retrouver nos amis anglo-saxons en version exotique australienne. Si le style briton a laissé son empreinte sans aucun doute, on découvre vite qu’ils ne sont pas confrontés au même environnement extérieur. Ici, on fait place aux rois du bbq grillant tout ce qui passe en faisant face à la plage, à la Mecque des campeurs de tout âge équipés pour vivre en autarcie pendant des mois entiers, la pause déjeuner est toujours à base de sandwich triangle mais c’est après une session de surf qu’on le mange en une minute chrono pour retourner travailler. D’un point de vue linguistique, on a aussi vite compris qu’il fallait ajouter un « ie » à la fin de tous nos mots si on voulait paraître couleur locale: brekkie, sharkie, sunnie (lunette de soleil, on a eu du mal avec celui-là aussi…), etc. Mais en soi, on retiendra surtout l’esprit décalé que l’on a beaucoup aimé chez les Australiens rencontrés en Airbnb à Melbourne et Sydney, dans les pubs, sur les marchés alternatifs de l’Outback où se balader pieds nus semble la règle d’or, et sur la côte Est plus touristique. Partage vraiment intéressant sur la vision de la vie, auquel on est d’autant plus sensible en tour du monde -et oui, on a le luxe d’avoir du temps pour méditer sur nos petites vies!

Bon, mais l’Australie c’est aussi pas mal d’aventures avec quand même 7000kms parcourus en 5 semaines. Le souvenir le plus mémorable est pour nous notre PADI, nous sommes maintenant plongeurs certifiés. Expérience incroyable à vivre à deux en buddy team comme on dit ici et difficile de rêver mieux que la barrière de corail pour faire ses 5 plongées. Némo, Dori, les raies, les coraux, et même les requins sont venus nous féliciter sous l’eau! Moins sympa, on a eu la visite du cyclone Debbie qui nous a bloqués pendant 3 jours en transformant l’ensemble des routes que l’on devait prendre en piscine. D’ailleurs on devrait plutôt dire bain aux crocodiles puisqu’aux infos il recommandait de ne pas marcher dans l’eau sous peine de se faire dévorer par les vilaines bêtes venues chercher de la chair fraîche. Ça met tout de suite dans l’ambiance, il n’y a pas à dire! Mais cela n’a pas empêché la téméraire (ou inconsciente, au choix) Boite à Paroles d’aller vérifier le niveau de l’eau pieds nus sur une route inondée, avant de réaliser à mi chemin que l’on était à une vingtaine de kms de la crique des Alligators… Dans un registre plus épicurien, notre passage dans l’outback a été gourmet avec dégustation garantie de « made in Australia » (fromages, vins et bières), sportif à coup de pédales dans les vignes, et original avec les villages datant de la ruée vers d’or où l’on s’attend à apercevoir le shérif dégainer son pistolet à tout moment.

C’est donc avec une pointe de tristesse que l’on quitte l’Australie où il y a encore tant de choses à voir. Mais on réfléchit déjà aux endroits que l’on voudra faire la prochaine fois que l’on vient ici, car c’est sûr, on retournera dans ce pays incroyable! Pour le moment l’aventure continue et pas des moindres, Nouvelle Zélande nous voilà…

Voyageusement votre

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau

Notre itinéraire détaillé depuis Melbourne jusqu’à Sydney, en passant par Cairns au nord… 7000kms environ!

Capture d_écran 2017-04-23 à 15.35.16

Ou itinéraire détaillé dispo ici: Itinéraire détaillé de l’Australie

Melbourne: ville que l’on a beaucoup aimée, plus underground que Sydney, mais un peu moins rêve australien comme on l’imaginait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Great Ocean Road depuis Melbourne jusqu’au Twelve Apostles, difficile de garder les yeux sur la route!

L’outback avec passage dans le Victoria et la Nouvelle Galle du Sud: gourmet, nature et vélo sont un bon résumé

IMG_6974IMG_7003IMG_6929

IMG_7043
Balade dans la forêt tropicale du Dorrigo
Côte Est avec Gold Coast (Byron Bay) et Sunshine Coast (Noosa, Town 1770, Agnes Water), ambiance surfer décontractée garantie

IMG_7219OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Impact du cyclone Debbie sur les routes de la côte… (ceci n’est pas une rivière)

IMG_7114

Cairns et notre PADI, diplôme de plongée en poche 

DCIM100GOPROIMG_7152

Blue Mountains à côté de Sydney avec différents points de vue explorés sur la journée et une longue balade dans le bush avec à la clé une vue imprenable

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sydney: installés à Bronte beach (à côté de Bondi beach mais en plus local), on a pu découvrir la vie rêvée à l’australienne, ca fait réfléchir…

IMG_7295OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAFullSizeRender 8OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

La compagnie des animaux australiens, plus ou moins mignons et doux…

Vietnam

Lorsque l’on a mis au point notre itinéraire, on avait eu quelques doutes sur l’Asie du Sud-Est. On prévoyait 2 mois et demi, est-ce que cela ne serait pas un peu répétitif à la longue, même en changeant de pays? Eh bien le Vietnam nous a mis d’accord et confortés dans notre choix, ça vaut vraiment le coup.

A bas les clichés! Si on redoutait le côté touristique du pays ainsi que le fait d’être pris pour un portefeuille ambulant, on découvre en fait un peuple avec le sourire aux lèvres, riant à gorge déployée, n’hésitant pas à abuser des tapes amicales dans le dos, attentionné… Rien à dire, la joie de vivre et la générosité sont définitivement le mot d’ordre. En plus, ils adorent le concept de famille donc la team baptisée façon locale, Mama, Papa, Bébé et Gendron, a remporté tous les suffrages sur son passage. Bien sûr, que cela n’occulte pas le fait que tout se négocie et que le juste prix n’est qu’un mélange explosif de patience et de duperie. Nous sommes désormais passés experts dans l’art d’être faussement détachés en prétendant partir du magasin pour obtenir le prix souhaité. Sans oublier que nous comptons dans la team le maître incontesté de la négociation, celui qui ne lâche rien, j’ai bien sûr nommé Mister Bon Plan, la Boite à Paroles. Je vous rassure, on s’est quand même fait rouler dans la farine comme des bleus, attendris par une jeune Viet toute mimi qui veut juste nous montrer où elle vit. Par un merveilleux concours de circonstances, elle vit dans un café en bordure d’eau qui propose des balades en bateau que l’on paie le double du prix. Heureux hasard en effet, mais c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Si le peuple nous a séduits, ce splendide pays a fini de nous conquérir. Le Vietnam ne manque en effet pas d’atouts avec l’incroyable baie d’Halong ou encore sa baie terrestre tout aussi impressionnante où l’on a jonglé entre une jonque, du kayak et du vélo pour se faufiler entre les pics karstiques. Les charmantes villes à taille humaine dans le centre du pays: Hue où l’on a fait notre 1ère excursion en scooter du voyage. Restera gravé dans nos mémoires, le bonheur de Papa Canot se mêlant au joyeux tumulte des rues encombrées de deux roues, manœuvrant comme un chef son bolide alors que Mama Canot se crispe légèrement, ayant déjà largement pris sur elle pour faire du 2 roues dans cette anarchie totale. Mais aussi Hoi An, qui malgré le côté très touristique, mérite une halte de quelques jours. On a déchaîné notre fièvre acheteuse dans les magasins de tailleur sur mesure, véritable expérience de vie avec les couturières vietnamiennes. Sans oublier d’évoquer ses alentours de rizières et ses plantations de cocotiers, qui semblent être le grenier d’Hanoï. Les grandes villes de Saigon et Hanoï, denses et agitées, où mieux vaut ne pas trop s’attarder si l’on veut garder l’usage de ses poumons ou éviter de se faire couper en deux dans la circulation. Bien sûr, le poids de la triste histoire du Vietnam, pays qui revient de loin, en découvrant les tunnels de Cu Chi. On prend complètement conscience à ce moment de la force de vivre des Viets qui se sont terrés dans des couloirs exigus 10 pieds sous terre, qu’ils ont mis 20 ans à construire, pour échapper au bombardement américain. Au bout de 5 minutes, on se sentait mal, pas sûr que l’on aurait gagné la guerre! Et pour finir, on a retrouvé notre vieil ami le Mékong, laissé quelques semaines plus tôt au Laos. Le bougre a bien changé, immensément large, et connaissant un fort développement industriel le long de ses rives. Qu’à cela tienne, on s’est terrés sur une île au calme, dans un homestay familial où l’on a coulé nos derniers jours tous ensemble en toute tranquillité.

C’est dur de résumer l’enthousiasme évoqué par le Vietnam, surtout que cela nous a permis une mise en perspective intéressante de l’Asie du Sud-Est. Le Vietnam est en effet bien avancé sur ses petits copains, ici pas de maison en bambou qui tienne, quasiment que du dur! Cela a jeté une lumière nouvelle sur les pays visités précédemment. Notamment le Laos qui nous avait déçus, où avec du recul on apprécie finalement mieux la grande tranquillité qui y règne ainsi qu’un Mékong préservé d’un développement effréné.

Voilà, direction le Cambodge où l’on repart sur les routes à deux. On laisse la famille Bateau retourner dans la mère patrie avec plein de bons souvenirs. On a eu une team de choc, pleine d’enthousiasme et avide de découvertes, chapeau bas la famille.

Voyageusement vôtre.

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau

Carte détaillée de notre itinéraire sur 3 semaines:

capture-decran-2017-03-01-a-18-51-15

Hanoi

Temple de la littérature et le calligraphe qui se prend légèrement au sérieux
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La maison centrale, ancienne prison construite par les français

Baie d’Halong

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

DCIM100GOPRO
Seuls au monde dans la baie d’halons, qui l’aurait imaginé?

Baie terrestre à Tam Coc

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vélo obligatoire pour se déplacer depuis notre homestay, quelque peu isolé dans la nature
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notre homestay avec ses bungalows perdus entre les pics karstiques
img_3216
Promenade en barque dans le parc national et ses grottes de 300m de long

Hué

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Palais impérial

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les poseurs

Hoi-An

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lagoon sur le trajet entre Hué et Hoi-An, les cabanes tchanquées n’ont qu’à bien se tenir
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue depuis le Hai Van pass entre Hué et Hoi-An
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rizières aux alentours
img_3206
La photo du touriste qui fait plaisir quand même
img_6551
Balade en deux roues dans les alentours, on note les belles chemisettes des garçons au passage…

HCMV et les tunnels de Cu Chi 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bus local pour se mettre dans l’ambiance
img_6625
Rooftop de l’hôtel des Arts, autre ambiance

Delta du Mékong sur l’île d’An Binh

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

img_6677
Les chemins un peu étroits de notre île

Petit medley de nourritures fort appétissantes dans la rue, pour le plaisir des papilles:

Chine

Disons le tout de suite, coup de cœur pour la Chine où l’on a passé 1 mois et demi. On a eu le temps de faire un bon mélange entre les grandes villes toutes très différentes (Pékin, Shanghai, Hong Kong), les incontournables avec la Grande Muraille et l’Armée de terre cuite, et enfin la campagne du sud avec le Guangxi et le Yunnan.

On a été surpris par le niveau de développement du pays: infrastructure ferroviaire de très bonne qualité – rien à voir avec ce qu’on a vécu en Inde il y a 5 ans, scooter électrique pour tout le monde, paiement digital en permanence via les applis, etc… Et ce n’est que le début car avec leur frénésie de construire à tout va il n’est pas sûr que l’on reconnaisse certains endroits dans quelques années – difficile de ne pas se faire réveiller par les marteaux piqueurs sachant que le chinois travaillent 24/7! Mais bien sûr si ca nous a autant plu c’est qu’il reste ce (gros) soupçon de chaos comme on l’aime et auquel on s’attendait: sur la route le klaxon est ton meilleur ami, la bataille de coudes dès qu’il faut faire la queue, les stands de rue partout et la négociation de prix qui fait partie du jeu. Par contre il reste du travail niveau pollution puisqu’il n’est pas rare de voir un nuage gris flotter au dessus de la ville, ou niveau des libertés individuelles avec des contrôles encore bien en place: enfer pour se connecter à internet, sites bloqués, passeport vérifié à chaque activité (hôtels, bus, musée, randos…), sacs passés au rayon X à forte fréquence.

Aussi il faut l’admettre, on est arrivés avec des a priori assez négatifs sur les chinois qui peuvent se révéler ne pas être des touristes de tous repos en Europe.. Mais on a rencontré des chinois toujours prêts à nous aider dans nos galères de transport parce qu’on ne comprend strictement rien (ne pas compter sur une signalétique en anglais), être hospitaliers quand perdus dans une ville fantôme en panne d’électricité une famille nous recueille pour un dîner avec eux à la bougie ou encore généreux en nous invitant au cours d’une rando à déjeuner tous ensemble parce qu’on n’a rien prévu comme d’hab alors qu’eux c’est comme un dimanche midi chez Papa & Maman avec les plats de viandes, le rice cooker, les légumes etc.. Bien sûr, même si on fait notre mea culpa ils ne nous ont quand même pas déçus sur plusieurs points. D’abord bienvenue dans l’empire du crachat, je pense que nous souffrons désormais d’acouphènes de raclements de gorge. Le chinois pratique ce plaisir à n’importe quel moment de la journée en allant chercher au plus profond possible pour tout recracher comme s’il allait vomir, c’est très troublant. Aussi ses petits copains le rot et le pet sont des classiques sinon comment saurait-on qu’on a bien mangé? Et pas de jaloux entre les hommes et les femmes! Enfin le bruit… Visiblement le silence n’est pas d’or dans l’Empire du Milieu: musique en haut parleur pendant les 10h de train, enceintes massives devant les magasins pour attirer le chaland (et ça marche), sans compter que l’usage d’écouteurs n’est pas totalement ancré dans les mœurs, aussi bien que le mode silencieux du téléphone – pourtant souvent dernière génération – qui pour eux n’existe pas. On a eu quelques moments éprouvants il faut le reconnaître!

La Chine a aussi été l’occasion de voir les copains expats qui se régalent à Shanghai et Hong Kong. On a eu de la chance d’être reçus comme des rois dans des apparts cosy, de renouer avec nos racines de la fête, de déguster une délicieuse raclette en Chine, de se balader en scooter, d’assister aux courses de chevaux, d’effectuer une rando dominicale etc… Le plaisir de se voir et de découvrir ces villes qui se vivent (plus qu’elles ne se visitent) avec nos potes « locaux » a été l’apothéose du voyage et quelques jours de repos dans ce pays fascinant mais vous l’avez compris parfois fatigant! Encore un grand merci à vous Alia & Max et Simon & Jojo sans qui notre découverte de la Chine n’aurait pas été la même.

Voyageusement vôtre,

La Boite à Paroles voyage avec son Bateau

Aperçu de notre itinéraire: Le tracé rouge est le seul avion que nous avons pris…

capture-decran-2016-12-18-a-10-51-57

Pékin: sous un beau ciel bleu donc on a eu de la chance étant donné le niveau de pollution…

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La grande muraille: le temps n’étant pas un problème on est allés dans un coin reculé pour faire 15 kms de marche en commençant par la muraille non entretenue qui ressemble à un vulgaire muret pour finir sur la partie majestueuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pingyao: petite ville fortifiée, une des mieux conservées avec ses maisons traditionnelles

Xi’an: découverte de l’armée de terre cuite très impressionnante, aussi bien pour ses figurines reconstituées que celles uniquement déterrées mais pas encore assemblées, travail de titan! On en a aussi profité pour faire un tour de tandem sur les remparts de la vieille ville…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Shanghai: On retrouve Alia & Max pour une immersion complète dans la vie d’expats où on s’est majoritairement concentrés sur la ville by night, les teppanyaki, les repas avec les copains… We love SH!